Histoire & Patrimoine

Accueil /// Histoire & Patrimoine /// Personnages célèbres /// Artistes /// Henri DELAVALLEE (1862-1943)

Henri DELAVALLEE (1862-1943)

Né à Reims en 1862, Henri Delavallée est un élève brillant qui obtient le premier prix au concours général de philosophie. A 17 ans, il s’inscrit simultanément à la Sorbonne et à l’Ecole Nationale des Beaux Arts où il devient l’élève de Carolus Duran et de Luc-Olivier Merson. Il y affirme son sens rigoureux du dessin et rencontre ici sa future femme, Gabrielle Moreau, elle-même artiste peintre.

En 1881, son ami le peintre Hersart du Buron lui fait découvrir Pont-Aven ; ils logent chez les cousins de ce dernier, au manoir du Plessis, au dessus du bois d’Amour. Séduit par Pont-Aven, Delavallée y séjourne régulièrement, seul d’abord puis avec son épouse. En 1886, il y fait connaissance de Paul Gauguin et de Emile Bernard.

Bracquemond lui fait connaître Pissarro et Seurat près de qui il travaille à Marlotte en 1887. De cette époque (1886-1890), datent ses toiles divisionnistes et ses pastels pointillistes. En 1889, il se rend à Landemer, lieu de naissance de Millet, pour qui il a la plus grande admiration. Il y retrouve les graveurs Vidal et Monzies et exécute des eaux fortes dans leur atelier. En 1891 à 1893, Delavallée expose avec les peintres-graveurs français chez Durant-Ruel ainsi qu’à la société des Amis des Arts de Nantes et, de 1892 à 1896, au salon de la Société Nationale des Beaux-Arts. En 1894, il est à Pont-Aven où il retrouve Gauguin et occupe des ateliers de l’hôtel Julia. Il participe à l’exposition d’art appliqué de Liège, en mai 1895, avec trois gravures.

En 1896, attiré par l’exotisme, les Delavallée quittent Paris pour Constantinople où ils vont s’installer plusieurs années et connaître le succès auprès de la haute société -Turque. De retour à Paris en 1901, ils partagent leur temps entre l’atelier de la rue d’Alésia (où naît leur fille Yvonne), la propriété familiale d’Apremont et Pont-Aven où ils se lient d’amitié avec Théodore Botrel. Vers 1910, ils s’installent définitivement à Pont-Aven où Delavallée continue de peindre et de graver avec assiduité des estampes de grande qualité.

En 1841, la galerie Saluden à Quimper organise une rétrospective de son œuvre. Il meurt en 1943 à Pont-Aven où il est enterré.

Ajouter au carnet de voyage
Henri DELAVALLEE (1862-1943) 364
  • Panneau d’entrée de ville - musée
  • Panneau d’entrée de ville - musée

Inscrivez-vous sur notre newsletter

Galerie

  • La campagne
  • La ville
  • La mer
  • Pont-Aven, hier
  • Le port
  • Les moulins
  • Nizon

Agenda

Brochures

Le Magazine de Pont-Aven

Je lèche vitrines

Je flashe sur Pont-Aven

Partager la page