Histoire & Patrimoine

Accueil /// Histoire & Patrimoine /// Personnages célèbres /// Artistes /// Paul Sérusier

  • Panneau d’entrée de ville - musée
  • Panneau d’entrée de ville - musée

Paul Sérusier

Paul SERUSIER (1864 – 1927)

Né à Paris le 9 novembre 1864, Paul Sérusier est destiné à une carrière commerciale par son père qui dirige un commerce de parfums et de gants. De 1876 à 1883, il est élève au lycée Condorcet, très attiré par les études classiques et la philosophie. Il entame ensuite une courte carrière commerciale. Après avoir vaincu les résistances familiales, il entre à l’Académie Julian de 1886 à 1889 et devient massier des petits ateliers que fréquentent alors Denis, Ranson, et Bonnard.

Sérusier expose pour la première fois au Salon en 1888 un tableau intitulé Le Tisserand, souvent appelé à tort Le tisserand breton.

Au cours de l’été 1888, il est à Pont-Aven mais se tient d’abord à l’écart de Gauguin. En octobre, il fait la connaissance de Gauguin qui l’initie à sa nouvelle esthétique. Il en rapporte le talisman, une vue du Bois d’Amour qu’il montre à ses camarades de l’Académie Julian et qui résume à lui seul les leçons de Gauguin. Sérusier fonde alors la confrérie des nabis qui prône le retour aux sources. L’été 1890, il est pensionnaire à l’auberge du Pouldu, chez Marie Poupée avec Filiger, Gauguin et Meyer de Haan. C’est là qu’il peint 2 oeuvres pour compléter la décoration de l’auberge : Adam et Eve et Danse bretonne sur le linteau de la cheminée, toutes 2 d’abord attribuées à tort à Gauguin. A Paris au cours de l’hiver 1890-91, il rencontre Verkade et Ballin et assiste au banquet d’adieu de Gauguin. En juin 1891, il passe de nouveau à Pont-Aven mais séjourne au Huelgoat où Verkade et Ballin lui rendent visite. Il s’installe au Huelgoat jusqu’en 1893. En 1894, il exécute des cartons de vitraux pour Siegfried Bing à paris et passe l’été à Châteauneuf-du-Faou en compagnie de Gabriela Zapolska, femme de lettres, actrice et écrivain polonaise. A Paris, il peint des décors de théâtre pour Lugné-Poe et Alfred Jarry. Il voyage en Italie en 1895 avec Maurice Denis et en Allemagne en 1898. A Beuvron, il découvre « l’esthétique des saintes mesures » auprès de Verkade.

En 1906, il s’installe à Châteauneuf-du-Faou dans la maison qu’il s’est faite construire et qu’il va décorer de fresques ainsi que l’église. Mariée en 1912, avec une de ses élèves de l’Académie Ranson, Maguerite-Gabrielle Claude, il s’établit définitivement en Bretagne. Il meurt à Morlaix le 7 octobre 1927, renversé par une automobile.

Sérusier fut le trait d’union entre Pont-Aven et les Nabis. Son symbolisme est issu de la Bretagne, ma vraie patrie puisque j’y suis né de l’esprit. Passionné par les recherches picturales et philosophiques, il a condensé ses théories esthétiques et ses recherches sur le nombre d’or, dans son ABC de la peinture.

Inscrivez-vous sur notre newsletter

Galerie

  • La campagne
  • La ville
  • La mer
  • Pont-Aven, hier
  • Le port
  • Les moulins
  • Nizon

Agenda

Partager la page