Histoire & Patrimoine

Accueil /// Histoire & Patrimoine /// Personnages célèbres /// Ecrivains /// Xavier Grall

  • Promenade Xavier Grall
  • Promenade Xavier Grall

Xavier Grall

XAVIER GRALL (Landivisiau 1930 - Quimperlé 1981)

« Nous referons cette Cornouaille mortelle
Secrètement dans le lit des hautes herbes
Et ton corps aux semences mélangées
Engendrera tout un pays de fougères et de genêts. »

Sa plume nous fait encore vibrer

Pendant trente ans Xavier Grall a travaillé à l’hebdomadaire « La Vie ». Journaliste également pour le journal « Le Monde », il était imprégné de poésie. A partir de 1966, il se consacra à son oeuvre d’écrivain et de poète. Persuadé qu’il ne pouvait l’accomplir vraiment qu’en Bretagne, où il avait retrouvé ses racines, en 1973, Xavier Grall, sa femme et ses cinq filles quittent la région parisienne pour venir s’installer définitivement en Bretagne. Cependant, chaque semaine, il envoyait au journal les billets auxquels tant de lecteurs étaient attachés. A Pont-Aven, ils trouvent refuge à Bossulan en Nizon, dans la campagne de Pont-Aven. Il descend régulièrement à Pont-Aven, où chez Nicole Correlleau, il retrouve le poète Georges Perros, le harpiste Alan Stivell, les chanteurs Glenmor et Gilles Servat, le photographe Thersiquel, et bien d’autres encore.

« Nous sommes à Pont-Aven, parlons-en. Ravissement de mon cœur quand, descendant de mes Hauts de Bossulan, la petite ville blanche et bleue apparaît dans le véronèse de la vallée » - Témoignage chrétien - Billet de Xavier Grall – 04/09/1975

Xavier Grall, chronologie

1930 : naissance de Xavier-Marie Grall le 22 juin à Landivisiau, où son père était tanneur.
"Nous étions dix et j’étais le neuvième de la série. Ces deux chiffres indiquent que je fus entouré de tendresses quelque peu lointaines"

1950-52 : étudiant au Centre de Formation des Journalistes de Paris
"Le journalisme, c’est ma vie"

1952 : entre à la rédaction de la Vie Catholique illustrée.
"Tant qu’un homme tuera un autre homme, il y aura un article à faire. Tant qu’un gosse sera innocemment battu, il y aura un cri à pousser de par le monde..."

1955 : épouse Fançoise Jousse.
"Oh la jolie chanson qui sortait de sa gorge, sous les noisetiers, au bord de la Varenne, par les chemins du Maine. Il m’est arrivé, célibataire, d’organiser des reportages par là afin de l’entendre chanter..."

1958 : James Dean et notre génération (Le Cerf)
"Il m’intéresse par le caractère foufroyant de sa carrière, par tout ce qu’il révèle de joie et de douleur contenues ..."

1960 : Mauriac journaliste (Le Cerf)
"Il est celui qu’il restera toujours : l’éveilleur des consciences, celui qui empêche de dormir, le guetteur sur la haute tour"

1962 : La génération du djebel (Le Cerf)
"Quand un peuple accepte tacitement que la torture soit employée pour réduire ses ennemis, ce peuple-là ne mérite pas de vivre"

1964 : Cantique à Melilla (Calmann-Lévy)
"Je vais à Mélilla, messieurs, je vais vers l’épiphanie de la mer, je vais vers mon baptême au fond de l’eau, ma rédemption"

1965 : Rituel breton, premier recueil de poèmes
"Mais moi je te chante, mon paéys / avec tes morts et tes vivants / et tes coques de pins et tes cargos de fer ..."

1968 : Barde imaginé (Kelenn)
"Chercher son âme, quelle idée saugrenue. Qui me suivra sur ces sentiers-là ? Qui imitera ma quête ?"

1972 : La fête de nuit (Kelenn - Prix Bretagne)
1972 : Glenmor (Seghers)
"Quel est ce diable qui sait faire l’ange ? Quel est ce paysan aux allures de seigneur ? Quel est ce manant qui s’est fait duc ? »

1973 : Xavier Grall, sa femme et ses cinq filles quittent la région parisienne pour venir s’installer définitivement en Bretagne.
"J’ai traversé mon désert. C’était un voyage tout intérieur. il fut âpre et difficile. C’est fini : j’arrive au pays des blés et des fontaines"

1976 : La sône des pluies et des tombes (Kelenn)

1977 : Le cheval couché (Hachette)
"J’irai à la mer où ne vont point les chevaux morts ; car elle est l’invite et le prinicipe. Car elle est la vie. Car elle est celtique. Libre ..."

1978 : Rires et Pleurs de l’Aven (Kelenn).
"Dépose là mon âme tes trop lourdes pensées / sur les navires dormants, la mer reposée."

1978 : Stèle pour Lamennais (Editions Libres Hallier)
"Breton jusqu’au bout du coeur, Lamennais sera l’homme des véhemences journalistiques et des décisions sans retour. Un caractère indomptable".

1980 : Arthur Rimbaud - La marche au soleil (Mazarine)
"Ce qui fait l’unité profonde et inaltérable de cette vie, c’est l’exploration sous toutes ses formes. Ce qui est premier chez Arthur, ce n’est pas la poésie, c’est la marche, la quête"

1981 : Solo et autres poèmes (Calligrammes)
"Mais Seigneur Dieu / comme la vie était jolie / en ma Bretagne bleue"

1981 : 11 décembre, décès de Xavier Grall. Une cérémonie religieuse fut célébrée à Nizon puis il fut inhumé à Landivisiau.

Bibliographie de Xavier Grall

Œuvres :
1958 : James Dean et notre génération
1960 : Mauriac journaliste
1962 : La génération du djebel
1964 : Cantique à Melilla
1965 : Rituel breton, premier recueil de poèmes
1968 : Barde imaginé
1972 : La fête de nuit
1972 : Glenmor
1976 : La sône des pluies et des tombes
1977 : Le cheval couché en réponse Au cheval d’orgueil
1978 : Rires et Pleurs de l’Aven
1980 : Arthur Rimbaud - La marche au soleil
1981 : Solo et autres poèmes

Œuvres posthumes :
1982 : Genès
1982 : Les vents m’ont dit
1983 : Et parlez-moi de la terre
1984 : L’inconnu me dévore
1985 : Les billets d’Olivier
2002 : De ronces et de galets
2003 : Au nom du père

Rééditions récentes :
2010 : Oeuvre poétique (anthologie chez Rougerie)
2010 : La fête de nuit (Terre de Brume)
2011 : Cantique à Melilla (Terre de Brume)
2011 : Africa Blues (Terre de Brume)
2011 : Le barde imaginé (Terre de Brume)

Morceaux choisis : la météo, les éléments naturels.

L’hiver
C’est en hiver qu’il faut visiter la Bretagne. C’est à l’époque des vents fous et meurtriers qu’il faut battre ses chemins, visiter ses ports, se glisser dans ses chapelles humides. Armez-vous de manteaux et de bottes et arpentez ses grèves et ses collines.
L’hiver breton, entre deux marées, entre deux averses, présente parfois l’azur impeccable d’un ciel rageusement lessivé par le vent de galerne. Du haut des collines dépeuplées de leurs frondaisons, on voit plusieurs clochers pareils à des épées plantées dans le firmament. Le pays débarrassé de ses compromissions touristiques, respire son air, étale toutes les nuances de ses couleurs, accueille les oiseaux étranges et migrateurs dans ses labours frais. Intimiste ou métaphysique, repliée dan ses talus ou livrée au mystère du monde, c’est toujours aux âmes que la Bretagne s’adresse au temps d’hiver. Et c’est au temps d’hiver, hélas, que les visiteurs la désertent.
Dommage !
Les Vents m’ont dit – Editions Caligrammes - 5-XI-81

La pluie
… les pluies auront toujours leur poésie et j’en connais beaucoup qui la préfèrent à celle du soleil. Ils y trouvent des heures tranquilles, confidentielles, musicales.

Les ondées et les averses murmurent, parlent, chantent sur les toitures, les portes et les fenêtres. Elles roulent doucement, comme le temps, sur nos visages.

La neige
Ici aussi, les neiges sont venues. Tout est blanc et bleu, figé dans un silence étrange et comme liturgique.

Ne vous y trompez pas : même sous la neige, la Bretagne reste bretonne. L’écriture des haies et des chemins se lit encore sur la page blanche des paysages. Et à l’heure de midi, cette heure étincelante, le granit des fermes exalté par la réverbération, apparaît plus tendre que jamais, et chante. Et pour peu que les goélands dans les hauteurs incroyables d’un ciel sans nuage voguent et rament dans la lumière, vous vous aviserez que le plein de l’été est moins beau que ce février translucide et glacial. C’est en hiver qu’il faut venir en Bretagne …

Xavier Grall – Un pays transfiguré
Et parlez-moi de la terre

Tempêtes

S’il vous plaît, les vents, pour nos marins, pitié !

Souffles superbes ! Quand la météo annonce les tempêtes, je ne sais pourquoi les citadins se calfeutrent dans leurs villes. C’est alors que la Bretagne connaît ses plus beaux jours et c’est alors qu’il faudrait y venir. Pour admirer ce bouleversement inouï, entendre le rire aigre de mille fifres à la bouche des rocs et la musique sourde des millions de tambours aux portes des havres. Et dans les yeux des pêcheurs, il y a cette lumière de haine : la mer ne se calmera pas. Quelle royale garce en son triomphe !

J’ai appris à aimer les vents. Je trouve un rythme dans leur respiration et peut-être, dans leur mécontentement et leur fureur, une philosophie. C’est bien. Mais, s’il vous plaît, les vents, pour nos marins, pitié …

Xavier Grall
Tempêtes - Et parlez-moi de la terre

Morceaux choisis : lieux de promenade

Pont-Aven
« Nous sommes à Pont-Aven, parlons-en. Ravissement de mon cœur quand, descendant de mes Hauts de Bossulan, la petite ville blanche et bleue apparaît dans le véronèse de la vallée »
Témoignage chrétien - Billet de Xavier Grall – 04/09/1975

Port de Pont-Aven
Ria de l’Aven havre sans peine Port-Paradis ...
Rires et pleurs de l’Aven

Chapelle de Kergornet
Le pardon dans le hameau
C’est dimanche, le pardon dans le hameau. J’irai, Oui, j’irai à la chapelle de Kergornet, ma voisine. Avec ma femme et mes filles. Nous nous joindrons aux fermiers de Bossulan et de Korreguer. Une chapelle pour sept feux, un luxe ! Et Nizon, outre l’église paroissiale, compte cinq chapelles ainsi disséminées par les plaines et les vallons. Ces temples, nos chevaux d’orgueil à nous …

J’irai, nous irons. J’aime tant cette chapelle, son élévation granitique dans la prairie, ses formes parfaites dans les formes de la terre et jusqu’à son entêtement à rester plantée là dans le recourbement du sol, loin du monde, loin des villes, loin de tout. Et dimanche, ses portes seront grandes ouvertes, comme chaque année, en mai, pour le pardon. Elle date de 1640. Ça fait trois siècles qu’elle sacre le paysage. Ça lui fait trois cent trente-six printemps …

Xavier Grall
Et parlez-moi de la terre

Rustéphan

Rustéphan
Les veuves dans les manoirs brisés dénouent leur chevelure de lierre
L’amour les bouleverse, le remords les tourmente
Les manants de la nuit sur les pierres les étendent
Dames de Rustéphan, infidèles épouses
Vos amants vous satanisent
J’écoute vos plaintes dans la brande
Est-ce votre honneur qui agonise ?

Xavier Grall – Rutéphan
Rires et Pleurs de l’Aven

Calvaire de Nizon
Cyprès de granit vertical calvaire
Hoirie de nos pères buveurs et priants
Je dépose à tes pieds ma soif et ma peine
Sacre de ton signe le vagabond éreinté
L’oiseau malheureux
Et l’épagneul battu gisant
Elève l’âme des champs et des chênes
Jusqu’au doux paradis des peuples
Et des reines

Dans les saisons qui meurent
Je monte à Nizon et j’espère

Xavier Grall – Calvaire de Nizon
Rires et Pleurs de l’Aven

Le Christ Jaune

On ne connaîtra jamais l’artisan génial qui sculpta et peignit ce christ-là. On l’appelle le Christ jaune ; il est cloué depuis des siècles dans la chapelle de Trémalo.

Christ tu es jaune puisque les blés sont jaunes quand la chaleur d’août les a mûris. Tu es jaune comme le visage de ceux qui agonisent. Tu es jaune comme les lacs d’Orient. Jaune comme la broderie de nos gilets anciens. Jaune comme les bannières de genêts dans la cascade des talus. Tu es mon voisin, écoute-moi.

Christ jaune, descends de ta croix ! Et marche avec nous, sur nos chemins bleus...

Billets d’Olivier
Et parlez-moi de la terre

Visite au Christ Jaune

Plaqué sur le crépi blanc, entre deux arcades. Il est là. C’est d’abord lui que l’on voit quand on entre dans la chapelle de Trémalo. Je n’en ai jamais vu de plu beau, ni à Rome, ni à Florence, nulle part. Le visage est d’une douceur infinie, la verte couronne d’épines accentue la pâleur de ses traits. Les bras sont raides, les jambes sont raides, la poitrine est striée sous l’effort d’un halètement, d’une suffocation ultime.

C’est le Christ Jaune, celui-là même que reproduisit Paul Gauguin dans une toile célèbre, en plein champ, entre trois paysannes agenouillées, orantes en coiffe et tablier.

Xavier Grall
Et parlez-moi de la terre

Inscrivez-vous sur notre newsletter

Galerie

  • La campagne
  • La ville
  • La mer
  • Pont-Aven, hier
  • Le port
  • Les moulins
  • Nizon

Agenda

Partager la page