Histoire & Patrimoine

Accueil /// Histoire & Patrimoine /// Histoire /// Voiries /// Venelle de Rosmadec

Venelle de Rosmadec

Venelle de Rosmadec ou rue du Moulin.

Par mariage au début du XVI° siècle, ce moulin de Rosmadec, datant du XV° siècle, devient la propriété de Guer-Poncellec (ou Malestroit). A la révolution, cette famille noble n’émigre pas et conserve ses biens ; l’héritier vend son domaine, dont le manoir de la Porte Neuve en 1834.

Barnabé Péron, meunier ici depuis 1818, acquiert le moulin en 1837 et lui donne son nom (ou plutôt son prénom). Né à Tréméven vers 1786, son gendre Thomas-François (1835-1891), enfin Thomas-Alexandre (1814-1898), l’héritier mineur Joseph (1891-1955) ne sera jamais meunier. L’exploitation paraît avoir été continuée quelques temps par leurs cousins, autres Limbour qui tenaient le moulin d’en face. Mais le temps des petits moulins était passé, leur modernisation aurait été trop onéreuse.

En 1920, Gaston Charpentier achète les murs et les loue à J. Le Corronc, qui refait les intérieurs, les décore et y installe une crêperie avec licence de boissons. En 1931, l’ensemble est vendu à J.-B. Kervadec, cuisinier, qui en fera un restaurant bien connu, exploité aujourd’hui par la famille Sebilleau. Chacun se souvient du barman, Jean Guyonic et d’Hélène Fraval.

Dans cette rue, habitait la famille Legrand, le père percepteur, la mère institutrice. Leur fils Jacques sera officier dans les F.F.N.L. épousera une anglaise, il disparaîtra en 1950, dans l’explosion, par une mine, de la frégate météorologique Laplace.

Ajouter au carnet de voyage
Venelle de Rosmadec 286
  • Vue générale prise du bois d’amour - noir et blanc
  • Vue sur Pont-Aven depuis le bois d’amour
  • Vue générale prise du bois d’amour - noir et blanc
  • Vue sur Pont-Aven depuis le bois d’amour

Inscrivez-vous sur notre newsletter

Galerie

  • La campagne
  • La ville
  • La mer
  • Pont-Aven, hier
  • Le port
  • Les moulins
  • Nizon

Agenda

Brochures

PLAN PONT-AVEN

Partager la page